Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Hérons et aigrettes

Hérons et aigrettes

 

Si le héron cendré était déja bien connu dans nos marais, c'est relativement récemment que les aigrettes ont fait leur apparition et pullulent maintenant dans la plupart des prés.

 

 

 

Les aigrettes et les hérons sont très similaires à bien des égards. Par conséquent, ce serait l’une des tâches les plus difficiles que de les différencier si on n’est pas conscient des différences réelles qui les séparent. Les deux ont un long cou, un corps moyen à grand et un bec long et pointu. Les taxonomistes (spécialistes des classifications)  les ont classées dans la même famille, et la confusion est plus profonde entre hérons et aigrettes. Par conséquent, il est extrêmement important de connaître les légères différences avant de les examiner pour les différencier.

 

Comment les reconnaître ?

 

Aigrettes :

 

L'aigrette est un gros oiseau qui appartient à la famille des Ardéidés de l'Ordre : Ciconiformis.

Il existe 14 espèces d'aigrettes de tailles différentes.

La grande aigrette blanche mesure plus de 90 centimètres de long et a une envergure de deux mètres. Son poids corporel peut atteindre, le plus souvent, jusqu'à un kilogramme. Pendant ce temps, la longueur du corps de la petite aigrette est d’environ 60 centimètres avec une envergure d’environ un mètre, et le poids corporel est autour de 300 grammes.

La particularité de l'aigrette est qu'elle a un plumage blanc pur. Les couleurs de leur plumage peuvent cependant légèrement varier en noir ou en jaune selon les espèces. Le bec de l'aigrette peut être jaune ou noir, mais il est surtout gris chez les jeunes.

Elles viennent des régions tropicales et tempérées plus chaudes. Certaines d'entre elles sont migratrices mais deviennent aussi sédentaires.

 

Les aigrettes préfèrent rester longtemps sur l'eau et peuvent y rester sans un seul mouvement dans leur corps. Tandis qu'ils restent indifférents pendant un certain temps, des poissons, des crabes ou des grenouilles les dépassent et ils peuvent saisir ces aliments en un clin d'œil. Les aigrettes sont importantes car elles peuvent reposer sur le dos des bovins en mouvement pour se nourrir des parasites externes, ce qui démontre une réciprocité mutuelle résultant de la co-évolution. Cependant, les aigrettes ont de belles plumes nuptiales et sont chassées pour leur plumage excessivement aux 19e et 20e siècles.

 

Hérons :

 

Le héron est un échassier d'eau douce appartenant à la même famille que les aigrettes et il existe plus de 40 espèces de hérons. Le membre le plus important de la famille des Ardéidés est un héron, c'est-à-dire un héron de Goliath, qui mesure près d'un mètre et demi pour la longueur du corps. Le héron vert mesure environ 45 centimètres de long avec environ 90 centimètres d'envergure et 300 grammes de poids corporel. En raison de la forme modifiée de la sixième vertèbre, ils peuvent plier le cou en forme de S, le rétracter pendant le vol et s’étendre au repos. La partie inférieure de la jambe ne porte pas de plumes et elle est retenue en arrière pendant le vol. Les hérons ont un vol propre et agréable contrairement à la plupart des Ardéidés. Ces oiseaux carnivores préfèrent rester ou se percher sur un endroit plus élevé pour se reposer. Leur forme et leur épaisseur de bec diffèrent d'une espèce à l'autre. Le plumage est doux et comporte de nombreuses couleurs, notamment le blanc, le gris, le brunâtre et le bleuâtre..

 

Quelle est la différence entre Aigrettes et Hérons?

• Les aigrettes et les hérons sont des oiseaux de taille moyenne à grande, mais les plus grandes espèces appartiennent aux hérons, le plus souvent.

• Les aigrettes sont généralement de couleur blanc pur, mais les hérons présentent diverses couleurs..

• Les aigrettes ont les pattes noires et le bec jaune, ce qui n’est pas très courant chez les hérons..

• Les hérons préfèrent se percher plus haut pendant le repos, tandis que les aigrettes se tiennent plus souvent sur les eaux peu profondes..

• La diversité est plus élevée chez les hérons que chez les aigrettes.

• Les hérons volent bien, mais pas les aigrettes..

• Les hérons ne secouent pas leurs membres pendant le vol, mais les aigrettes agitent leurs jambes tout en volant..

 

Héron ou aigrette, la même famille :

 

Description de la famille

 

Les ardéidés sont des oiseaux de taille moyenne à très grande, pourvus d’un long bec et de hautes pattes effilées ressemblant à des échasses. Idéalement adaptée à leur mode de vie, cette morphologie leur permet de saisir la nourriture dans l’eau sans se mouiller le plumage. Le cou des ardéidés se replie en S au repos et en vol puis se tend lorsque l'animal est en alerte ou capture une proie. Le bec en forme de poignard est  caractéristique du régime alimentaire piscivore, majoritaire au groupe. La plupart des membres de cette famille occupent une grande variété d'habitats humides ou aquatiques.

 

On les trouve sur tous les continents, excepté le continent antarctique. Ils occupent une grande variété d'habitats humides ou aquatiques, mais aussi terrestres pour une minorité d'entre eux.

De nombreux Ardéidés vivent en colonies pour la reproduction, mais ce n'est pas la règle.

 

Leur plumage est globalement discret, voire camouflé pour certains, avec des teintes de gris et de bruns, qui peuvent aller jusqu'au roux assez vif, mais dont la continuité est rompue par des marques contrastées. 

Font exception les ardéidés tout blancs que sont certaines aigrettes et hérons.

 


  • L'aigrette garzette :

 

Aigrette garzette - Egretta garzetta

L'aigrette garzette se distingue par :

  • Une silhouette élancée ;
  • Un plumage blanc immaculé ;
  • Un long bec pointu, très légèrement incurvé vers le bas ;
  • De larges ailes arquées ;
  • Des pattes hautes et fines ;
  • Des doigts longs et jaunes ;
  • Des yeux jaunes pâle ;
  • Une taille de 55 à 65 cm ;
  • Une envergure de 90 à 105 cm ;
  • Un poids de 450 à 600 g.

 

Elle est présente en Afrique de l’ouest et du nord, en Asie et en Amérique centrale. En Europe, les populations les plus importantes sont situées surtout en Italie mais aussi en France et en Espagne. Ses effectifs remontent peu à peu sur le continent européen pour atteindre le nord des Pays-Bas. L'aigrette vit dans les milieux humides et boisés, à proximité d’eau : lacs, étangs, vasières, marais, roselières, terres inondées, zones côtières. 

C'est la plus commune des trois espèces. Elle se distingue par ses doigts jaunes. En plumage nuptial, elle arbore deux longues plumes très fines à l'arrière de la tête auxquelles elle doit son nom.

 

  • La grande aigrette :

 

Grande Aigrette - Ardea alba

La grande aigrette affiche :

  • Un corps svelte ;
  • Un cou très long et fin ;
  • Un plumage uniformément blanc ;
  • Des scapulaires ornementaux longs et effilés sur le bas du dos en période nuptiale ;
  • Un bec noir à racine jaune avec des lores bleus ;
  • Des doigts noirs ;
  • De très hautes pattes noires dont le tibia présente une raie latérale jaune plus ou moins importante ;
  • Des yeux jaunes avec une pupille noire ;
  • Une taille de 85 à 104 cm ;
  • Une envergure de 140 à 170 cm ;
  • Un poids de 900 à 1 650 g.

 

Elle est fréquente tous les continents (Amérique du Nord et du Sud, Afrique, Asie), mais plus souvent dans l’hémisphère sud. On la rencontre souvent en Europe centrale (lacs d'Autriche, de Hongrie et en Roumanie sur le delta du Danube). En France, l’échassier est revenu dans l'Est, en Camargue, dans la Dombes, en Sologne, dans le Limousin, en Brenne et jusqu'au bord de l'océan Atlantique. La grande aigrette colonise essentiellement les zones humides côtières et intérieures : marais doux, prairies inondées, bords des cours d’eau, des lacs, des étangs et les lagunes ;

Elle est nettement plus imposante que tous les hérons et aigrettes présents en Europe. Son cou est proportionnellement plus long. En hiver, elle se reconnaît à son bec jaune ou orangé.

Elle n'est apparue dans notre région que vers la fin des années 70.

 

 

  • Le héron garde-bœufs :

 

Héron garde-bœufs — Wikipédia Héron gardeboeufs-Oiseau d'Europe

Le héron garde-bœufs possède :

  • Un plumage blanc prenant une teinte roux-chamoisé clair en période nuptiale ;
  • Un corps trapu ;
  • Une crête jaune en saison des amours ;
  • Des pattes courtes brunes ;
  • Un bec jaune ou orangé ;
  • Un bec et des lores qui peuvent rougir en période prénuptiale ;
  • Des ailes longues et larges ;
  • Des yeux jaunes ;
  • Une taille de 80 à 105 cm ;
  • Une envergure de 140 à 170 cm ;
  • Un poids de 800 à 1 500 g.

 

Il est originaire de certaines régions d'Asie, d’Afrique et du sud de l’Europe, mais il est maintenant présent partout sauf aux pôles. Il vit à la fois dans les zones humides et dans les milieux secs. Le héron garde-bœufs se trouve souvent dans des champs où il a l’habitude de suivre les troupeaux de grands mammifères herbivores sur lesquels il trouve sa nourriture (parasites). 

Il est d'apparence plus trapue que les aigrettes. Son bec jaune-orangé est plus court et fort. L’échassier est beaucoup moins présent dans les zones humides, privilégiant les champs. Enfin, le héron garde-bœuf se rencontre  en France depuis 1981.

 

Quels sont ces oiseaux blancs toujours fourrés avec les vaches, dans les prés ?

Dans leurs pattes, sur le dos, devant les mufles, ils leur collent aux basques du matin au soir. « Dans 99 % des cas, ce sont des hérons garde-boeufs. Ils viennent se nourrir des insectes qui tombent du dos des vaches et picorent éventuellement les bouses, à la recherche de parasites. »

 

Ils ont remplacé les aigrettes, que l'on voyait assez régulièrement dans les prairies des zones humides.

 « Depuis l'apparition de l'écrevisse de Louisiane, celles-ci ne se nourrissent que de ça », lâche un spécialiste des oiseaux, ces aigrettes ont donc sacrément réduit la diversité de leurs menus, laissant place nette aux becs jaunes des garde-boeufs.

 

 

 


  • Le héron cendré :

 

 

Le Héron cendré est un de nos plus grands Ardéidés, le plus grand d'Europe. On le reconnaît justement à sa grande taille, à sa teinte grise et, au vol, à sa silhouette particulière.
Le plumage est gris moyen sur les parties supérieures et blanc dessous. Les plumes de vol, rémiges et rectrices, sont noirâtres, d'où un contraste typique entre elles et le reste du corps qui se voit bien en vol.
Le plumage gagne en netteté chez l'adulte. Les bords de la calotte deviennent bien noirs et se prolongent en petite huppe. Le bec jaunit, le devant du cou égrène de nettes stries noires, une tache blanche apparaît au poignet au-dessus des petites couvertures noires, les scapulaires s'allongent, les pattes s'éclaircissent. C'est ce plumage qui prévaut une grande partie de l'année, mais dans le courant de l'hiver, le plumage nuptial va se développer chez l'adulte reproducteur.
Le bec devient jaune orange, les lores (espaces entre l'oeil et les narines) bleuissent, la huppe noire s'allonge, de longues plumes ornementales poussent au bas du cou et au niveau des scapulaires, les pattes jaunissent encore. Le mâle se distingue alors de la femelle par ses teintes plus vives. Tous ces atours contribueront à la mise en valeur de l'adulte au moment des parades nuptiales.
Le juvénile et l'immature ont un plumage qui ressemble à celui de l'adulte inter-nuptial, mais plus terne, avec la partie supérieure du bec et les pattes sombres.

 

Le Héron cendré n'a pas de chant. Son cri habituel, celui qu'il pousse par exemple à l'envol, est un "waarr" très rude et râpeux. Le cri de vol est du même type, mais un peu plus doux. C'est un "weeh" sonore, croassant, de tonalité plus élevée.
Au moment de l'installation, la colonie bruisse des cris divers, gutturaux et éraillés. Les jeunes déjà grands quémandent leur pitance au nid avec des caquètements lancinants "kakakakakaka...".

 

Habitat

Le Héron cendré fréquente toutes les eaux douces ou saumâtres à condition qu'elles soient poissonneuses. En intersaison, il fréquente également les milieux agricoles dans sa chasse aux rongeurs et autres proies terrestres. Pour la reproduction, il recherche des milieux arborés avec de grands arbres pour établir son nid (forêts, forêts riveraines à un cours d'eau, peupleraies, bosquets et parcs). Localement, c'est la roselière qui est choisie pour la nidification.

 

Comportement traits de caractère

Le Héron cendré est fondamentalement un oiseau grégaire en tous temps. À la belle saison, les adultes se reproduisent en colonies (héronnières)  qui peuvent compter plusieurs centaines de nids. La territorialité est alors limitée aux abords immédiats du nid. En dehors de la saison de reproduction pour les adultes et en tout temps pour les immatures, les oiseaux se rassemblent pour la nuit en dortoirs dans des endroits qui les protègent des prédateurs (sur des arbres, sur des îlots de plan d'eau, sur des vasières, etc.).
À l'inverse, lorsqu'ils sont en pêche, ils deviennent très solitaires et territoriaux et défendent vivement leurs zones de pêche contre les intrus. Les poursuites sont alors fréquentes.
Suivant la latitude, les oiseaux sont sédentaires ou migrateurs. Les oiseaux sibériens par exemple sont migrateurs tandis que les hérons français sont tout au plus non fixés. Les déplacements migratoires se font en groupes et de jour. Ces groupes s'organisent moins systématiquement en V que les grues, les oies ou les cormorans.


Les Hérons cendrés sont de nature farouche et gardent leurs distances vis à vis de l'homme. Mais cela ne les empêche pas par ailleurs d'être opportunistes et de venir par exemple tôt le matin ou tard le soir vider un bassin de ses poissons rouges en zone urbaine.
L'espèce est monogame pour la reproduction, mais ils semble que les liens du couple ne tiennent que le temps d'une nidification. Il n'y a pas de fidélité dans le temps au partenaire comme cela peut s'observer dans d'autres groupes, les rapaces par exemple.
On pourrait penser que ces grands oiseaux sont gênés par leurs grandes ailes et leurs grandes pattes quand ils évoluent dans les arbres, mais cela ne semble pas le cas. Leurs ailes leur servent à garder leur équilibre et leurs longs doigts à saisir les branches, même les plus fines.

 

Nourriture

Le régime inclut aussi des amphibiens comme les grenouilles, certains invertébrés comme les écrevisses et des espèces amphibies tels que couleuvre à collier, musaraigne aquatique, etc., mais de façon marginale. En intersaison, on le voit souvent en milieu terrestre, surtout en prairie, où il chasse les campagnols et probablement aussi les vers de terre.
Il pêche les poissons à l'affût, parfaitement immobile, les yeux rivés vers la surface. Une fois le poisson repéré, d'une détente foudroyante du cou, il capture sa proie ou la harponne si elle est assez volumineuse, avec son bec en poignard. Il fait de même en milieu terrestre avec les campagnols qu'il peut affûter près de leurs galeries ou alors saisir par surprise en maraudant. Les grosses proies terrestres sont tuées du bec avant d'être avalées.

 

Suivant la latitude, les oiseaux sont sédentaires ou migrateurs. Les oiseaux sibériens par exemple sont migrateurs tandis que les hérons français ont un comportement instable plutôt sédentaire. Les déplacements migratoires se font en groupes et de jour. Ces groupes s'organisent moins systématiquement en V que les grues, les oies ou les cormorans.
Les Hérons cendrés sont de nature farouche et gardent leurs distances vis à vis de l'homme. Mais cela ne les empêche pas par ailleurs d'être opportunistes et de venir par exemple tôt le matin ou tard le soir vider un bassin de ses poissons rouges en zone urbaine.
L'espèce est monogame pour la reproduction, mais ils semble que les liens du couple ne tiennent que le temps d'une nidification. Il n'y a pas de fidélité dans le temps au partenaire.

   

Vol

Comme les autres ardéidés, le Héron cendré replie le cou en vol de façon à équilibrer le poids du corps.

Le cou forme alors boucle proéminente par dessous. Les pattes sont alors tendues vers l'arrière. Enfin, les ailes longues et larges apparaissent voûtées, avec le poignet surélevé et la pointe tombante. Ces caractéristiques sont à l'origine d'une silhouette inconfondable. Le vol est ample, lourd et puissant. Les hérons sont capables de voler sur de grandes distances et de nombreuses populations sont migratrices.

 

 

Sources diverses internet

Rédaction  Jean-Pierre Bouchet   ALT   11/2021

 

 



26/11/2021
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres