Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Le frelon asiatique

LE FRELON ASIATIQUE

 

Avec l'approche des beaux jours, on va voir revenir cet insecte grand prédateur d'abeilles.

 

Le frelon asiatique ou frelon à pattes jaunes est un insecte d’espèce hyménoptère (abeilles guêpes, frelons, fourmis).

 

Il a été introduit par l’activité humaine (probablement lors d’importation de poteries chinoises) vers 2004 dans le Tarn et Garonne et a colonisé presque toute la France vers avril 2017. Il est devenu une espèce invasive et doit être combattu pour limiter sa prolifération afin de protéger les abeilles et les arbres fruitiers car ils très amateurs de sucres.

 

On ne peut pas le confondre avec le frelon européen plus gros et plus coloré. Il est aussi plus sombre sur la partie ventrale.

 

Frelon asiatique 1Frelon asiatique

 

 

Frelon-guêpes

 

 

 

LA REINE

 

La reine mesure jusqu'à 3,2 cm. Sa durée de vie est d'un an. La reine est fécondée avant l'hiver dans la chambre supérieure du nid.

Chaque reine fonde sa propre colonie au printemps du mois de mars jusqu'à début août. Le nid se compose alors de larves qui deviendront les premières ouvrières, aussi appelées ouvrières de « première caste ».

Les reines, anciennes fondatrices, ne pondent qu'un œuf par jour et constrisent une alvéole par jour pour batir son nid en début de saison. Le développement des larves nécessite 45 jours. Ce n'est donc que vers le 15 juin que la fondatrice a assez d'ouvrières pour la nourrir et à partir de là, elle ne fera plus que pondre (jusqu'à 100 œufs par jour) avant de mourir d'épuisement en automne.

Mi-juin, la colonie ne compte que des ouvrières puis vers la fin de l'été, également de mâles et des femelles sexuées.

Les jeunes femelles fondatrices ont un rôle essentiel puisqu’elles nourrissent les larves et les mâles, cela jusqu’aux premiers gels sérieux puis elles quittent alors le nid et passent l'hiver en diapause dans un endroit abrité, souvent enterré, et sortent à la mi-février quand la température est au-dessus de13°C  pour fonder de nouvelles colonies.

Le nis peut contenir plusieurs milliers d'individus (jusqu'à 10 000 pour les plus gros contre quelques centaines chez les frelons européens)

Après la mort de la reine et le départ des fondatrices, ce qu’il reste de la colonie est abandonné. L’absence de nourriture et le froid en viennent à bout. La structure se dégrade également avec les intempéries et les oiseaux y trouvent de quoi se nourrir.

 

Frelon reine 2

Frelon asiatique mâle femelle

 

 

 

LES OUVRIÈRES

 

Une ouvrière mesure environ 2 cm. Elles sont produites plus petites sur un nid jeune, leur taille augmente à mesure que le nid est plus gros. La sous-espèce Vespa velutina nigrithorax est reconnaissable à ses pattes jaunes, ses ailes sombres, son thorax noir, sa couleur sombre et son abdomen sombre cerné d'un anneau jaune-orangé marqué d'un triangle noir.

 

 

LE NID

 

Le nid ou « guêpier », fait de fibre de cellulose mâchée comme chez la majorité des guêpes (certaines, non Vespidae, construisent avec de la boue), peut atteindre un mètre de haut et 80 cm de diamètre. Construit au printemps, il est aérien, le plus souvent situé dans des arbres à plusieurs mètres de hauteur, quelquefois au ras du sol, sous une charpente ou dans des cheminées. Ce frelon étant opportuniste, son nid est retrouvé aussi bien dans des habitations que sur du mobilier urbain.

 

Il est généralement de forme sphérique et possède un orifice de sortie latéral. Chaque nid abrite quelque 2 000 frelons, dont plus de 550 fondatrices qui peuvent, l'année suivante, nidifier si elles sont fécondées. Cependant, un grand nombre de ces reines ne passeront pas l'hiver.

Le nid est abandonné pendant l'hiver. Durant cette période, il a été observé en France que certains oiseaux ravageaient le nid. Ce comportement n'a aucune conséquence sur la pérennité de l'espèce puisque le nid est vide.

Le rayon d'action d'une jeune ouvrière est de 350 m. En vieillissant et si nécessaire, elle pourra chasser jusqu'à 700 m de son nid.

 

nid de frelon europeen

Nid de frelon européen

 

nid-de-frelon asiatique

Nid de frelon asiatique

 

L'entrée du nid de frelon européen se fait par le dessous et celui du frelon asiatique par le côté

 

NOURRITURE

 

Il se nourrit de fruits mûrs et de nectar. Pour nourrir ses larves, il capture différents insectes (mouches, guêpes, abeilles, chenilles, etc.).

Pour capturer les abeilles, il se place en vol stationnaire à l'entrée d'une ruche ou patrouille au-dessus des fleurs fréquentées par les abeilles (comme sur les fenouils). Sa taille plus importante et ses grandes pattes lui permettent de saisir une abeille et de l'emporter avec lui. Il ne gardera de l'abeille que le thorax et en fera une boulette qu'il emportera pour nourrir les larves de sa colonie. Il arrive très fréquemment qu'une attaque de frelons cause des pertes importantes à une ruche.

 

Frelonattaquant une abeille

Frelon attaquant une abeille

 

 

RISQUES SANITAIRES

 

À quantité égale son venin n'est pas plus dangereux, que celui de frelon européen ou de l'abeille domestique. Cependant trois situations, communes à ces deux espèces, peuvent entraîner des complications médicales : « piqûres multiples ou piqûre unique avec localisation muqueuse ou encore patient allergique au venin d’hyménoptère ». À la date de 2009 un seul cas d'envenimation a été observé en France où en octobre 2007 un agriculteur piqué à douze reprises à la tête et traité médicalement présente un an plus tard des névralgies séquellaires persistantes et invalidantes.

Comme tout insecte butineur, l'insecte isolé peut en principe être observé sans danger par exemple sur des fleurs.

 En revanche l'imprudent qui passera à proximité de son nid sera immédiatement pris en chasse, attaqué et piqué sévèrement par une escouade de frelons déterminés. Cette particularité (bien inférieure chez le frelon européen) rend ce frelon extrêmement dangereux pour l'homme et la multiplication des nids augmente chaque année le danger. De plus le dard pouvant mesurer 6 mm avec une forte pénétration, une tenue spécifique est nécessaire avant de songer à s'approcher pour traiter et détruire un nid. La tenue classique pour apiculteur ne protège pas suffisamment.

 

Complication de la piqûre

La piqûre du frelon asiatique dans la gorge comme pour la plupart des piqures d'hyménoptères est susceptible de provoquer dans les cas les plus sévères un choc respiratoire, œdème de Quincke (la gorge gonfle, l'air ne passe plus) ou un choc anaphylactique, et provoquer une dilatation très importante des vaisseaux sanguins, et par conséquent une chute brutale de tension artérielle qui peut être fatale.

 

CONSÉQUENCES ÉCONOMIQUES ET ÉCOLOGIQUES

 

En plus de l'attaque des fruits dans les cultures, ce frelon s'en prend notamment aux abeilles ouvrières des ruches européennes.

L'impact de cette espèce sur les ruchers ou sur les populations d'abeilles sauvages est à présent clairement reconnu.

Les abeilles et autres insectes pollinisateurs  jouent un rôle important dans la survie des végétaux grâce au travail de pollinisation qu'elles assurent, en particulier pour plus de 20 000 espèces de plantes en Europe dont 40 % sont des fruits, des légumes ou des oléagineux.

La question d'envisager un piégeage de grande ampleur est délicate, d'autant que ces piégeages peuvent affecter gravement la faune locale des insectes prise aussi dans ces pièges.

 

L'arrêté du 22 janvier 2013 interdit, sur tout le territoire national Français et en tout temps, l'introduction volontaire dans le milieu naturel de spécimens vivants du frelon à pattes jaunes Vespa velutina. On entend par « spécimen vivant » tout œuf, larve, nymphe ou animal vivant.

 

MOYENS DE LUTTE

 

Perche télescopique et soufre

Un nid peut être détruit jusqu'à 30 m de distance via une perche télescopique y injectant de l'anhydride sulfureux. La colonie est asphyxiée en quelques secondes par le liquide devenu gazeux et réfrigérant.

 

 

Abat-guêpe

L'abat-guêpe, facile à réaliser avec une baguette de trente centimètres dont l'extrémité sera engluée (colle à rat, colle arboricole). La capture s'effectue par un « touché collé ». Cet outil sélectif et respectueux de l'environnement permet la capture des jeunes fondatrices appâtées au printemps sur des mangeoires contenant cires, bière brune, miel et protéines (viande de poisson, crevette).

En se rendant toutes les deux ou trois heures près de la mangeoire, on peut éliminer facilement les fondatrices présentes sans toucher en aucune façon les insectes utiles (bien au contraire puisqu'ils trouvent une source d'alimentation dans la mangeoire). L'approche d'une fondatrice est particulièrement bruyante et caractéristique.

 

Pour exploiter le principe de « territorialité » et limiter la propagation de l'espèce, dès qu'un nid prospère est localisé il faut arrêter la capture des fondatrices errantes à ses abords afin de ne pas en tuer « sa » reine. Ce nid se chargera d'interdire l'implantation d'une autre colonie cachée et hors contrôle. Le nid prospère doit ensuite être détruit mi-juillet, quand ses fondatrices ne sont plus en mesure de conduire à terme une nouvelle colonie.

 

Pièges sélectifs, ne concernant que ce type d'insecte, sous forme d'appats alimentaires et avec de puissants attractifs à base de phéromones.

 

Le meilleur moment pour piéger les femelles fondatrices est donc en sortie d’hibernation et jusqu’à début mai (selon les aléas climatiques…). Il est donc très important d’empêcher la construction d’un nid et de donner naissance à une nouvelle colonie.

 

Destruction des nids (voir paragraphe ci-dessous participation mairie)

Localiser les nids et les détruire vers la mi-juillet avant la délocalisation éventuelle de la colonie et la naissance des futures fondatrices serait plus efficace. La localisation des nids dans les arbres est plus facile en automne, après la chute des feuilles.

Bien que la colonie meurt au cours de l'hiver, la destruction automnale de son nid est également conseillée car c'est à cette période que se développe la nouvelle génération de sexués mâles et femelles, et que les femelles fondatrices, alors fécondées, se dispersent et entrent en diapause, tandis que les mâles meurent. Cette destruction évite ainsi que les reproducteurs mâles et femelles quittent la colonie pour se reproduire.

Les frelons asiatiques sont territoriaux et deux nids ne cohabitent pas de manière pérenne à moins de 250 mètres d'un nid existant. Des exceptions à cette règle existeraient (théorie des nids jumeaux).

 

Une autre méthode de destruction écologique de nids a la vapeur est en cours d'essais.

 

Protection des ruches

Entrée de ruche ayant une petite grille de protection

Il existe désormais des portes d'entrée de ruches laissant passer uniquement les abeilles. Et un grillage plus grand peut protéger les ruches ou simplement une zone située devant l'entrée de la ruche (« Muselière à frelon ». Il empêche les frelons d'y pénétrer et de la vider.

 

Si ce grillage n'empêche pas les frelons d'attraper des abeilles en plein vol à l'entrée de la ruche, il limite fortement les dégâts (éventuellement en complément de pièges posés près des ruches). Il faut veiller à ce que le grillage ne bloque pas les mâles d'abeilles (faux bourdons) quand la fécondation doit avoir lieu. Si une ruche a une reine vierge (essaimage), on peut alors ouvrir quelques ruches pourvoyeuses en mâles sélectionnés pour leur qualité. Le grillage ne bloque en tout cas pas les reines.

 

Grille entrée de ruche

Grille entrée de ruche pour éloigner les frelons

 

PRÉDATEURS

 

Certaines poules (poules de Janzé par exemple) sont des prédateurs naturels du frelon. C’est pourquoi quelques apiculteurs installent leurs ruches dans des poulaillers.

Une plante carnivore, la Sarracenia oreophila, attire le frelon et les mouches pour s’en nourrir.

 

PARTICIPATION DE LA MAIRIE POUR DESTRUCTION DES NIDS

 

Frelon procole

 

1- Comment fabriquer votre piège à frelons asiatiques:

 

Piège à frelons - Pommerit-le-Vicomte - Site officiel de la commune


Prenez la bouteille n° 1 et coupez son goulot.
- Enfoncez le goulot dans le corps de la bouteille.
- Avec la perceuse munie d'un foret de 5 mm, percez le fond de la bouteille de plusieurs trous.
- Prenez la bouteille n° 2 et coupez son culot sur environ 10 cm de haut.
- Enfoncez le culot de la bouteille n° 1 dans celui de la bouteille n° 2.
- Pour donner aux autres espèces que les frelons une chance de s’échapper, faites des trous avec un         foret de 6 mm tout autour de la bouteille n° 1.
- Percez le couvercle de 2 trous.
- Percez 2 trous latéraux en haut du piège, passez-y de la ficelle pour maintenir le couvercle et créer une attache pour suspendre le piège.  
Note : le couvercle sert à éviter que l’eau de pluie tombe dans le piège et rende l'appât moins efficace.

 

2 - Utilisez un appât sélectif pour attirer les frelons asiatiques
Versez un appât le plus sélectif possible dans la bouteille par le haut : le but est de piéger autant que possible seulement
les frelons asiatiques et surtout pas les abeilles.
L’appât sélectif le plus efficace se compose de :
 un quart de volume de sirop de grenadine ou de cassis, utilisé pur ;
 un demi-volume de bière brune ;
 un quart de volume de vin blanc (qui repousse les abeilles).
Rechargez le piège en appât tous les 15 jours environ.
Note : lorsqu’un ou deux frelons seront pris au piège, ils émettront des signaux de détresse attirant les autres frelons
alentour.

 

3 - Utilisez les pièges à frelons asiatiques aux bonnes périodes
Afin de piéger sélectivement le frelon asiatique, ne mettez vos pièges en place que pendant deux périodes bien précises, afin d’éviter que trop d’insectes autres que des frelons asiatiques ne soient piégés :
- du 1er février au 15 avril, période où le frelon asiatique sort d’hibernation ;
- et du 15 octobre à la fin novembre.

 

***********

 

Aux dernières nouvelles, sont apparus des frelons asiatiques géants (6 cm de long et 9.5 cm d'envergure) aux États Unis dans l'état de Washington en 2019. Les scientifiques américains les ont baptisés "frelons meutriers" capables de ravager une ruche en quelques heures ainsi que d'autres insectes (fourmis, coccinelles...) indispensables à l'écosystème.

Elles décapitent les abeilles et emportent leur thorax pour nourrir leur progéniture.

 

Sources internet

ALT - Rédaction Jean Pierre Bouchet  6-2020



07/03/2020
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres