Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Les colonies de vacances de La Tranche

Les colonies de vacances de La Tranche

 

De nombreuses colonies de vacances se sont établies dans la commune avant et après la dernière guerre.

 

C’est à Edmond Cottinet que l’on doit la popularisation des colonies de vacances au début des années 1880 sous la troisième République. Effrayé par l’état de santé des petits écoliers de la grande ville, il propose d’envoyer les plus malingres et les plus pauvres d’entre eux dans des séjours à la campagne pour garçons et filles, séparément, pendant l’été 1883. Regroupés dans des centres et surveillés par du personnel spécialisé, ils y passèrent un mois entier. Les colonies de vacances étaient nées.

 

  • Pour les uns l’envoi des enfants était d’abord une opération sanitaire (en cette fin de 19esiècle, l’enfance des quartiers défavorisés paie un lourd tribut au développement des activités industrielles jusqu’au cœur des banlieues ouvrières. Ces enfants évoluent  dans un environnement insalubre et nombre de maladie sévissent, comme la tuberculose et le rachitisme).
  • Pour les autres, requinquer n’empêchait pas d’éduquer. Nées dans le sillage des lois Jules Ferry, les défenseurs de l’école laïque y voyaient un prolongement de celle-ci. Le cadre champêtre était approprié pour les leçons de choses sans oublier la dimension civique propre à la suite de la défaite de 1870.

 

Les colos sont le fait d’associations d’instituteurs laïques, de municipalités, de comités d’entreprise, de paroisses, …

 

Devant leur succès et leur rôle social et éducatif certain, les colos se sont développées avant la première guerre mondiale, surtout avec le front populaire de 1936, puis après le deuxième guerre mondiale dans ce que l’on a appelé « L’âge d’or des colonies » marqué par d’âpres discussions sur l’objectif même des colonies (santé, rôle social, éducation....)

 

L’église catholique comprit rapidement  qu’elle pouvait aussi, pendant les vacances, regagner le terrain qu’on lui contestait le reste de l’année en organisant patronages et colonies.

 

Chambres d’écho des batailles pédagogiques et idéologiques, les colos resteront un enjeu politique jusqu’en 1950.

 

*****************************************************************************************************************************

 

 

  • La plus ancienne des colonies tranchaises semble être la colonie des vacances de Savigny sur Orge (91) construite en 1931 dans une pinède de 3200 m² au lieu-dit « Les Conches Mouillées » et ouverte dès juillet 1932. Agrandie par la suite, elle pouvait accueillir 200 enfants par session soit 600 enfants par an. Cette colonie s’est appelée ensuite « La Savinière » nom donné par l’ancien directeur et ancien maire de La Tranche Jean-Michel Gauthey.
1940-Colonie La Savinière

1940-Colonie La Savinière

1958-La Savinière

1958-La Savinière

 

Puis la colonie est devenue centre d’accueil  et classe de mer ainsi qu’un camping 4 étoiles avec piscine et courts de tennis fonctionnant toute l’année afin de rentabiliser l’établissement. Sa fermeture a été  décidée le 13/4/2015 par la nouvelle municipalité de Savigny sur Orge trouvant la gestion trop onéreuse.

 

1983-Dépliant La Savinière

1983-Dépliant La Savinière

Camping La Savinière

Camping La Savinière

 

Aujourd’hui, cette ancienne colonie a été vendue en 2018 à un promoteur  pour  l’aménager en Résidence privée  le  «Domaine de la Savinière ».

projet-immobilier-saviniere-saviniere-1

projet-immobilier-saviniere-1

projet-immobilier-saviniere-saviniere-2projet-immobilier-saviniere-2

 

  • Ensuite vient la maison de vacances des pupilles de l’école publique de la Vienne (PEP 86) établie dans l'ancien hôtel « Bellevue » racheté à Maître Brange notaire à Talmont qui l’avait fait construire en 1933. Elle a été ouverte dès juillet 1939 à la veille de la seconde guerre mondiale. L’établissement a ensuite été réquisitionné par les Allemands puis, à la fin de la guerre, a accueilli des réfugiés et des prisonniers de guerre avant d’être restitué à sa vocation sociale à la PEP 86. Elle a fêté cette année 2019 ses 80 ans d’existence. 

 

la-tranche-sur-mer-80-ans-d-engagement-social-au-centre-bellevue

la tranche-sur-mer-80 ans d'engagement social au centre Bellevue

PEP de La Vienne

PEP de La Vienne

PEP de La Vienne côté sous les pins

PEP de La Vienne côté sous les pins

PEP des La Vienne côté est

PEP des La Vienne côté est (aile ajoutée)

 

 

 

Ont suivi :

  • La colonie de vacances des deux Sèvres dans le quartier de Sainte Anne. Elle est devenue le camping des Préveils
Colonie des 2 sèvres \\\'Préveils)

Colonie des 2 sèvres - Les Préveils

 
 
 
 
Les Préveils 2

Les Préveils 

Les préveils 3

Les préveils

 

 

Colonie SPSM (Préveils) LaGrière

Colonie  les Préveils - La Grière

 

 

Les préveils 4

 

  • La colonie de Sainte Anne gérée par l’évêché de Poitiers. Elle a été vendue et a servi d’entrepôt un moment. Il y aurait une chapelle dans l’enceinte de la propriété.
    Colonie Sainte Anne b

    Colonie Sainte Anne 

     

  • La colonie Théophane Vénard (du nom d’un missionnaire décapité au Tonkin en 1861), dépendante  du petit séminaire de Montmorillon (Vienne) se situe à l’entrée de La Tranche. Elle était réservée aux séminaristes . Elle est aujourd’hui réservée aux enfants et aux familles.
    colonie Théophane Vénard

    Colonie Théophane Vénard

     

  • La Maraîchine dans le centre de la Grière gérée par les 3 communes de St Hilaire la Palud, Arçais, Le Vanneau / Irleau dans les deux Sèvres
85-LA-TRANCHE-LA-GRIERE-Colonie-La-Maraichine (1)

85-LA-TRANCHE-LA-GRIERE-Colonie-La-Maraichine 

 

  • Le logis de La Pacifique fondé en 1957 géré par une association qui développe le concept de « vacances solidaires » avec de nombreux partenaires associatifs. Elle a fêté cette année son 60e anniversaire.
La Pacifique

La Pacifique

logis-pacifique--1--2

logis-pacifique--1--2

 

  • Le centre des Armées (actuelle IGESA) au Grouin du Cou.

 

Aux quelles venait s’ajouter l’école privée des demoiselles Gagnot avec des pensionnaires l’été.

 

Il y a eu aussi trois colonies de vacances à La Faute existant toujours :

 

    • La colonie de Mitry-Mory (77)
    • La PEP de Sainte Maure de Touraine (37)
    • La colonie pour enfants CCAS/EDF de la Chenolette

 

  • Est souvent assimilée à La Tranche car en limite de la commune, la colonie de vacances des Conches/Longeville d'abord gérée par la MGET (Mutuelle Générale de l'Équipement et des Transports) est aujourd’hui devenue le centre de vacances Vendeole gérée par le CGCV. (Centre de Gestion des Camps de Vacances géré lui-même par plusieurs syndicats)

 

 

Colo vendeole

Centre Vendeole

Caché dans la forêt ce centre se situe sur la route Longeville / La Tranche au droit de la passerelle construite pour sécuriser la traversée de la route pour les enfants allant à la plage.

 

 

 

Les petits tranchais de l’école Notre Dame allaient à Rochetrejoux comme colons des œuvres catholiques.

 

Chateau de Rochetrejoux

Chateau de Rochetrejoux

Rochetrejoux (2)

Rochetrejoux 

Rochetrejoux (4)

Rochetrejoux 

 

 

Une ébauche d’auberge de jeunesse, initiée par le maire M. Senet  le 21 juin 1938 était située près de la route des Sables. La guerre a mis un terme à cette expérience.

 

 

Désormais, on ne parle plus de colonie de vacances pour les enfants  mais de centre de séjour accueillant aussi les familles.

 

Ces colonies de vacances sont encore les témoins du tourisme social.

 

Elles ont largement contribué à développer le tourisme. Adultes, les petits colons sont souvent revenus en touristes avec leur famille et quelquefois se sont installés définitivement.



13/10/2019
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres