Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

LA VIE À LA TRANCHE SOUS L'OCCUPATION ALLEMANDE (1940-1944)-(1)

LA GUERRE:

Les relations internationales étant très tendues depuis 1938 suite à l'annexion de l'Autriche et du territoire des Sudètes en Tchécoslovaquie, l'envahissement de la Pologne sans déclaration de guerre le 1er septembre 1939 oblige la France et le Royaume Uni à déclarer la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939.

 

Le jour de la déclaration de guerre, le tocsin sonne à l’église de La Tranche provoquant l’effroi de toute la population. La mobilisation générale décidée le 1er septembre est affichée dès le lendemain à la mairie et sur la porte du garage du Franc-Picard.

 

Affiche mobilisation générale-39

Affiche mobilisation générale-39

 

La période du 3 septembre 1939 au 11 mai 1940 (offensive allemande en Europe) où peu de choses se sont passées a été appelée "la drôle de guerre".

 

LES REFUGIÉS :

Suite à l'invasion de la Belgique  en 1940, les populations de la Belgique et du Nord de la France s'enfuient devant la terreur provoquée par les troupes allemandes.  Très souvent par leurs propres moyens, les moyens de transport ayant été détruits, ils fuient les zones de combat pour se rendre soit dans la famille ou chez des connaissances. Beaucoup sont partis sans but emmenant leurs maigres bagages vers les régions du Sud. Cette population a pris le nom de réfugiés. 

 

D’après le plan d’évacuation élaboré début 1938, la Vendée et les Deux-Sèvres devaient recevoir les villes et villages des Ardennes.

Les réfugiés du village des Mazures près de Revin dans les Ardennes et quelques Belges qui les avaient précédés en mai sont venus se réfugier à La Tranche.  

La plupart d'entre eux est repartie chez eux après la signature de l'armistice le 22 juin 1940.

Seuls 4 sont encore présents à La Tranche en 1942.

 

 

L'ARRIVÉE DES ALLEMANDS:

Les Allemands arrivent à la Tranche le matin du 23 juin 1940 par la route d’Angles dans un bruit d’enfer, attirant la curiosité des Tranchais. En tête, des side-cars, puis des voitures à chenilles, chevaux avec charrettes et remorques de matériel et voitures, suivies de vagues de cyclistes. C'était un dimanche.

 

motocycliste

motocycliste

 

 

LA  SITUATION :

La Tranche est située non seulement dans la zone occupée créée par l'armistice du 22 juin 1940, mais elle est aussi dans la zone interdite aux civils, le long de toutes les côtes françaises, par décret du 20 octobre 1941. Cette zone s’étend jusqu’à la partie ouest de La Roche sur Yon.

 

La Vendée fait partie de la région Poitou créée par le gouvernement de Vichy le 30 juin 1941 avec la Vienne, les Deux Sèvres, la Charente et la Charente maritime appelée à l’époque Charente Inférieure.

 

 

 

ADMINISTRATION:

Dès le 26 septembre 1939, le gouvernement Daladier substitue par décret l'autorité du préfet à celle du maire.

Le préfet de La Roche sur Yon nommé par Vichy est Gaston Jammet.

La municipalité est maintenue et le maire Louis Senet, secondé par le maire adjoint Alphonse Guignard et le secrétaire de mairie M. Emerit, continue à gérer les affaires locales, le rationnement et l'état civil. Le garde-champêtre est Eugène Carré.

Tous les citoyens français de plus de 15 ans doivent posséder une carte d’identité.

L'autorité allemande siège à la Kommandantur (commandement militaire) située en 1940 à la villa « L’Aunis » puis en 1941 dans l'hôtel de l'Océan où loge la plupart des officiers. C'est le commandement militaire local chargé de l'administration de son territoire.

Les soldats sont logés dans les autre hôtels, les pensions de famille, la colonie de vacances de Savigny sur Orge, la colonie de vacances de la Vienne (ancien hôtel Bellevue) ou répartis pour  la plupart chez l'habitant (ils doivent être détenteurs d’un billet de logement fourni par leurs supérieurs).

La parade au pas de l’oie et les exercices militaires ont lieu tous les matins sur la plage ou sur la place du Centre pour ceux qui logent dans les environs.

 

Affiche d\\\'occupation 2

Affiche d'occupation

 

ORGANISATION ALLEMANDE :

C'est le 158e corps de bataille de réserve ID (Division Infanterie-4508 hommes-3 régiments d'infanterie-10 bataillons) qui occupe la côte vendéenne et de Charente Maritime. Son Quartier Général est à Ste Gemme la Plaine. Le IR 18 (régiment d'Infanterie) occupe la côte vendéenne et le bataillon 83 est basé à Longeville dont la section 4 est cantonnée à La Tranche sur mer (unité O749 A). La formation O7491D et l’unité T4.255 D occupent la colonie de Savigny sur Orge. Celle-ci sera occupée en 1942 par la Schutzstaffel (ou SS).

La Feldkommandantur 505 (État-major de la Vendée) est à La Roche sur Yon. départementale)

Deux Kreiskommandanturs sont aux Sables et à Fontenay le Comte. 

 

Oberfeldkommandantur au niveau de la région militaire

Feldkommandantur au niveau du département

Kreiskommandantur au niveau de l'arrondissement

Ortskommandantur au niveau de la localité.

 

L'HEURE :

Comme dans l'ensemble de la zone occupée, La Tranche doit se mettre à l'heure allemande.

(+ 1 heure sur l'heure officielle française soit + 2 heures sur l'heure solaire)

 

LE COUVRE-FEU :

Le couvre feu est imposé de 21 h à 6h. Des patrouilles circulent toute la nuit. L’été les horaires varient de 23h à 4h. Il n’y a pas de couvre-feu certaines nuits de Noël et du nouvel an (note du préfet du 22/12/1941)

Les ouvertures des maisons doivent être calfeutrées par des couvertures pour ne pas laisser filtrer la lumière à cause des risques de bombardements par les avions alliés, sinon des coups de crosse à la porte ou dans les volets le rappellent aux contrevenants. Toute circulation après le couvre-feu nécessite un laissez-passer (Ausweis).

 

ausweis 001-1

ausweis 001-1

 

MANIFESTATIONS :

Toute manifestation est interdite : fêtes, bals, rassemblements, cortèges, processions…

L'armistice signé, tout acte de rébellion ou de provocation est sévèrement puni.

Toutes les armes doivent être déposées en mairie y compris les fusils de chasse et les munitions.

Le drapeau tricolore est interdit partout dans les cortèges funéraires (avec parfois dérogation pour les anciens combattants) et les propriétés, ainsi que les fanions sur les véhicules.

 

*****************************************************************************************************************

 

Cet article est composé de 5 parties qui seront publiées l'une après l'autre.

Il a été écrit à partir de témoignages de Tranchais et de notes de M. Michel Boiral parues dans les revues Aguiaine-Le Subiet de 1996 à 2000.

La chronologie de la fin de la guerre de Mme Jeanne Laurin publiée par M. Marc Ambroise-Rendu a permis de préciser certains points.

 

Voir la suite 2 :  https://autrefois-la-tranche.blog4ever.com/la-vie-la-tranche-sous-l-occupation-allemande-1940-1944-1

 

Rédaction Jean Pierre Bouchet - 11-2019

 



24/11/2019
10 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres