Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

La coccinelle

La Coccinelle
Les coccinelles comptent parmi les plus populaires et les mieux perçus des insectes. Ne les appellent-on pas "les bêtes à Bon Dieu" (pernettes en Suisse romande).
A ce titre on peut considérer qu'elles sont aux insectes ce que les hirondelles sont aux oiseaux.

 

 
Présentation
 
Toutes ont en commun une forme hémisphérique, autrement dit globuleuse, et des pattes si menues qu'elles paraissent ne pas en avoir. En conséquence, ces bestioles trottinent plus qu'elles ne marchent, et on peut même dire qu'elles semblent glisser plus qu'elles ne trottent. Ajoutez à cela la rapidité du déplacement, l'aisance des changements de directions, la faculté de s'arrêter pile et de repartir "plein pot" sur l'instant, rappelle davantage un insecte sorti tout droit d'un dessin animé ou qui  s'est échappé dans un stand d'autos tamponneuses.
larves et adultes de coccinella septem punctata
              La coccinelle à 7 points (Coccinella septem-punctata), et ses larves à divers stades.
C'est la plus connue des espèces françaises, et c'est aussi l'une des plus grosses. Les autres espèces (près d'une centaine en France et plus de 6000 dans le monde), sont très souvent plus petites, et par ailleurs très diversement colorées et ponctuées. Le nombre de points ne dépend pas de leur âge mais de l'espèce (de 2 à 24 points)
On rencontre les coccinelles dès la fin de l'hiver jusqu'à la fin de l'automne, dans les jardins, champs et bois. Ces insectes ont généralement une génération par an, et parfois deux.

 

 
Biologie
 
En dépit de ses rondeurs rassurantes, et de la sympathie qu'elle suscite, la gentille "Bête à bon Dieu" de notre enfance est en fait un redoutable prédateur, pour ne pas dire une véritable tueuse, et ses larves le sont tout autant sinon plus. A titre d' exemple celle de notre coccinelle à 7 points est capable de détruire ses 250 pucerons quotidiens, et le "score" des grosses espèces exotiques confine au génocide.

 

Les élytres apparentes sont souvent de couleur vive signalant aux prédateurs qu'elles sont amères ou toxiques (phénomène d'aposématisme lors des saignées reflexes sécretées derrière l'articulation des pattes)

Sous les élytres se trouvent les ailes, d'un noir transparent, presque deux fois plus longues. Le coléoptère ne peut les ramener à lui que plissées en longueur et pliées en travers, et il lui faut donc  quelques secondes pour les déployer.

 
Mis à part de rares espèces phytophages (mangeant des plantes- genre Epilacna) les coccinelles et leurs larves se nourrissent essentiellement de pucerons et de cochenilles, mais à l'occasion elles peuvent s'en prendre à de menus insectes. Certaines espèces de coccinelles sont plus ou moins spécialisées, et ne consomment que des cochenilles, ou que des pucerons, voire qu'une seule espèce de ces proies.
Elles peuvent être considérées comme insecticide naturel.
 
Les coccinelles sont sexuées, mais mâles et femelles se ressemblent. Les œufs (souvent plusieurs centaines), sont pondus sur les feuilles par petits paquets, et à proximité des futures victimes. Ces oeufs éclosent de 3 à 7 jours et donnent des larves qui au terme de leur 4ème stade vont se transformer en nymphes, lesquelles donneront à leur tour des imagos (insectes adultes et donc aptes à se reproduire).
 
Quelques images d'oeufs et de larves ...
Ponte de coccinelle, photo 1. Ponte de coccinelle, photo 2. Ponte de coccinelle, photo 3. Ponte de coccinelle, photo 4. Ponte de coccinelle, photo 5.
1ère ligne : les oeufs sont pondus au milieu de la colonie de pucerons, autant dire que le déjeuner des futurs "bébés" coccinelles est déjà servi.
en bas: une larve de la fameuse coccinelle asiatique asiatique (Harmonia axyridis) dévorant les oeufs d'une "7 points" bien de chez nous.
 
 
coccinelles naissantes, photo 1. coccinelles naissantes, photo 2. ...................... coccinelle nouvelle-née sur allumette, photo 1 
à gauche: jeunes larves de coccinelles venant d'éclore. Au milieu: un "bébé" coccinelle tout frais éclos, et donc non encore pigmenté. à droite: larve de coccinelles "nouvellement née", et donc très "petite".
 
 
 
nymphes .... nymphes de coccinelles, et jeunes imagos.... et jeunes adultes!
 
 
 
nymphes d'Adalia bipunctata détail d'une nymphe adultes d'Adalia bipunctata
autre exemple: nymphes et adultes de Chilocorus renipustulatus (coccinelle des saules à 2 points très commune en Vendée)
 
Les coccinelles peuvent vivre au-delà d'une année, et doivent donc hiverner, ce qu'elles font souvent par petits groupes. On peut les trouver sous les mousses, les écorces, dans les vieux bâtiments, et à l'occasion elles apprécient un coin de véranda ou encore l'angle d'un plafond de la maison. Sous nos climats les coccinelles ont généralement 2 générations, la première au printemps (issue des hivernants) et la seconde en été. C'est la génération estivale qui hivernera et donnera la génération printanière de l'année suivante.
 
diverses espèces de coccinelles
quelques espèces de coccinelles
 
Les coccinelles adultes n'ont guère de prédateurs et on pense que cela est dû au phénomène de l'autohémorrhée, sorte de saignée réflexe qui survient lorsque l'insecte se sent agressé. Concrètement cela se traduit par l'exudation dissuasive d'un "sang" très âcre, qui le plus souvent perle au niveau des articulations des membres. Connu sous le nom d'autohémorrhée ce phénomène n'est pas propre aux coccinelles et il est particulièrement spectaculaire chez les Timarcha, d'où le nom de "crache sang" donné à ces gros coléoptères de la famille des Chrysomélidés.
 
Les coccinelles peuvent ponctuellement abonder quand les conditions s'y prêtent (nourriture elle-même abondante, météo favorable), mais les pullulations les plus spectaculaires relèvent de concentrations plus ou moins migratoires dont on ignore encore les déterminismes exacts.

 

A La Tranche, l' invasion la plus récente à eu lieu en juillet 2011 ainsi que sur les côtes vendéennes et de Loire Atlantique :

 

DSC00222
DSC00230
DSC00239

La laisse de mer faisait apparaitre un cordon rouge de coccinelles tombées à la mer et ramenées par les vagues sur le rivage.

 

---> Bon à savoir : on peut acheter des  coccinelles, des larves ou des oeufs dans les jardineries ou sur internet.

 

Vous rêvez d'accueillir des coccinelles dans votre jardin, mais vous ne savez pas comment les attirer naturellement. Voici quelques conseils et des exemples pour attirer ce petit coléoptère, ami des jardiniers.

-->Favoriser la biodiversité à l'intérieur de votre jardin. Les coccinelles viendront naturellement dans votre jardin pour se nourrir d'insectes :

  • Vous pouvez par exemple maintenir dans votre jardin, un carré d'orties (Urtica dioica). Celles-ci attireront les pucerons, les éloignant des vos fleurs et des vos légumes, et les pucerons constitueront une nourriture idéale pour les coccinelles.
  • La plantation d'une haie champêtre constituée d'essences locales et le maintien de plantes sauvages spontanées favoriseront également l'accueil de coccinelles dans votre jardin.

 

Apprenez à reconnaître les larves de coccinelles pour ne pas les éliminer par erreur. Comme tous les coléoptères, la coccinelle connaît une métamorphose complète qui comprend 4 phases distinctes : œuf, larve, nymphe et l'adulte. La phase larvaire dure à peu près 17 jours. C'est durant cette phase que la coccinelle va consommer le plus de pucerons (entre 50 et 100 pucerons par jours).

 

Anecdote sur le pourquoi de ce surnom de la "Bête à Bon Dieu" :

 

Ce surnom remonte au moyen âge au Xe siècle. Condamné à mort pour un meurtre commis à Paris, un homme, qui clamait son innocence, a dû son salut à la présence du petit insecte. En effet, le jour de son exécution publique, le condamné devait avoir la tête tranchée. Mais une coccinelle se posa sur son cou. Le bourreau tenta de l’enlever, mais le coléoptère revint à plusieurs reprises se placer au même endroit. Le roi Robert II (972-1031) y vit alors une intervention divine et décida de gracier l’homme. Quelques jours plus tard, le vrai meurtrier fut retrouvé. Cette histoire s’est très vite répandue et la coccinelle fut dès lors considérée comme un porte-bonheur qu’il ne fallait pas écraser.

 

Sources Wikipédia

Phots tranchaises Claude Rousseau

Rédacteur Jean-Pierre Bouchet  5-2021

 



22/05/2021
5 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 111 autres membres