Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Les vers tueurs

Les  vers  tueurs

 

Dès 2014, il est signalé l’arrivée sur notre sol français de vers plats venus d’Amérique du Sud, et notamment le plathelminthe de Nouvelle Guinée, Platydemus manokwari, un grand prédateur de nos escargots.

 

C’est par le Sud-Ouest que la colonisation métropolitaine a commencé et notamment dans les Pyrénées-Atlantiques où plus de la moitié des signalements sont concentrés. Selon le Pr Justine du MNHN, ces plathelminthes terrestres originaires de région semi-tropicales asiatiques retrouvent dans cette région française l’hygrométrie qui leur est vitale. Mais ils ne sont plus rares en Normandie et en Bretagne.

 

ver tueur-obama-nungara

ver obama

 

Des espèces de plathelminthes 

 

Aujourd’hui, une nouvelle espèce colonise désormais les jardins européens : Obama nungara.

Il  est marron-gris, un peu gluant, et mesure entre 5 et 10 cm de long. Il est signalé en Espagne, en Italie, en Angleterre, et maintenant dans plus de soixante-dix départements français dont la Vendée.

 

Ce sont les Brésiliens qui, en 2013, l'ont baptisé obama : une contraction des mots indiens « Oba » et « Ma », qui signifient plat comme une feuille (rien à voir avec un ancien président).

 

Ce ver est souvent présent dans les conteneurs achetés en jardineries, où il trouve des conditions optimales de températures et d’hygrométrie. Il résiste parfaitement au transport, se reproduit à un rythme très rapide, ne rencontre par chez nous ni prédateur ni parasite… Une parfaire espèce invasive.

 

 Ce ver gluant, plat et marron originaire du Brésil se répand à grande vitesse et s’attaque aux vers de terre, si précieux pour la fertilité des sols. Il les attaque de nuit lors de l'activité la plus intense des lombrics. Il est une menace pour la biodiversité.

 

Déjà 7 espèces de ces vers ont été découverts en France.

 

ver plathelminthe Bipalium kewense
Ver Platydemus manokwari

    Ver géant plathelminthe Bipalium kewense          et      ver platydemus manokwari

 

Ver tueur 4
ver tueur 5
ver tueur 6

 

 

 

La progression de ces vers plats et hermaphrodites tient aussi à leur mode de reproduction. Il est double : classique et sexué comme pour la plupart des espèces vivantes, mais aussi asexué par le phénomène bien connu de scissiparité (séparation). Il suffit d’un morceau se détachant naturellement de l’animal pour donner naissance à un nouvel individu.

 

Ils se reproduisent très rapidement et n'ont pas de prédateur dans nos régions. Leur goût éxécrable décourage les imprudents, même les poules pourtant si friandes de vers.

 

Ces vers appartiennent à la famille des plathelminthes, dont certaines espèces de taille modeste (inférieure à 1 cm) sont autochtones en Europe. Leurs cousins invasifs, bipaliinés ou « vers plats à tête de marteau », dépassent quant à eux les 20 cm et ont un aspect repoussant. 

 

Ver à tête de marteau

 

 

Ces prédateurs sont des Plathelminthes terrestres, des bipaliinés, une famille qui regroupe les genres Bipalium et Diversibipalium.

 

Tous les bipaliinés paralysent leurs proies grâce à un mucus toxique, comprenant de la tétrodotoxine (la même que le dangereux poisson japonais fugu), un neurotoxique mille fois plus actif que le cyanure. Ils peuvent s'attaquer à des animaux pesant jusqu'à 50 fois leur poids et sont friands d'escargots et de vers de terre.

 

Qu'est-ce qu'un plathelminthe ?

 

Les plathelminthes sont des vers plats, d’une taille allant de quelques millimètres à un mètre. On recense plus de 20 000 espèces différentes, dont certaines sont aquatiques et d’autres terrestres. On retrouve dans ce groupe le ténia, qui est un parasite de l’homme, ou encore la douve du foie, qui touche particulièrement le mouton.

Attention, bien que non venimeux, ces animaux produisent de puissantes toxines et ne doivent pas être mangés.

 

« Ces bipaliinés présentent souvent une forme caractéristique avec une tête de marteau, dotée d’une vingtaine d’yeux et d’organes sensoriels, ainsi que des rayures dorées sur un corps noir »

 

Simple tube plat, mou et gluant avec une « bouche-anus », située au milieu du corps, qui sert à la fois pour ingurgiter la nourriture et ressortir les déchets.

 

Si certaines espèces de petite taille (moins d’un centimètre) sont natives de l’Europe, les plus grandes espèces sont originaires des pays d’Asie du Sud-Est et d’Océanie, ainsi que d’Amérique du Sud. 

 

Comment lutter ?

 

On ne connaît pas à ce jour de moyen de lutte efficace; les écraser ou pire les couper en deux lorsqu’on en trouve un restera malheureusement insuffisant…

Jusqu'à ce jour aucun moyen de lutte efficace biologique ni même chimique n'a été trouvé.

 

Seul un épisode de grand froid pourrait probablement freiner sa propagation, compte-tenu des origines tropicales de cet envahisseur.

 

Ver tueur dévorant un lombric

Ver obama dévorant un lombric

 

Que faire si je trouve un plathelminthe ?

 

Le Museum d'Histoire Naturelle a demandé aux jardiniers amateurs d’avoir un œil sur ce  fameux « tueur de vers ».

 

https://sites.google.com/site/jljjustine/que-faire-si-je-trouve-un-plathelminthe

 

Nos jardiniers tranchais en ont-ils trouvé? Si oui, n'oubliez pas de prendre des photos !

 

------>  Pensez aussi à le signaler : le recensement participatif permet de suivre sa progression sur notre territoire : 

 

Site de Jean-Lou Justine

 

https://sites.google.com/site/jljjustine/plathelminthe-terrestre-invasif/que-faire-si-je-trouve-un-plathelminthe

 

Site du MNHN déclaration d'une espèce invasive : (Musée National d'Histoire Naturelle)

http://eee.mnhn.fr/formulaire/

 

JPB-02-2020



14/02/2020
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres