Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Le bourdon bleu

Le bourdon bleu ou xylocope irisé

 

On le rencontre assez souvent dans nos jardins.

 

Bien que ressemblant à un bourdon, cet insecte est un représentant des espèces d'abeilles solitaires

de la famille des Apidés du sous-genre Xylocopa (xylocop).

De par son instinct naturel à ronger le bois on  l'appelle aussi abeille charpentière, menuisier bourdon, abeille perce-bois, perceur de bois, ...

 

C'est un ravageur du bois.

 

 

Un individu de cette espèce est très grand - sa longueur peut atteindre jusqu'à 3 cm, ce magnifique pollinisateur des plantes à fleurs a une couleur bleu-noir, avec la tête et la poitrine ayant un éclat métallique prononcé. Ses mâchoires assez puissantes, grâce auxquelles il peut ronger du bois, sont particulièrement bien développées chez les femelles impliquées dans la construction de nids en bois.

 

Les principales caractéristiques du xylocopus sont les ailes bleues ou violettes. Il possède également des pattes hirsutes sur lesquelles ils transportent du pollen. 

Lors de la récolte du pollen, elles le transportent avec les sacs de leurs pattes postérieures, mais surtout dans leur jabot. Munies d'un peigne sur leurs pièces buccales, elles collectent et avalent le pollen présents sur les poils de leurs pattes antérieures.

 

Bien que les femelles ne soient pas agressives, elles peuvent piquer en cas de danger. la piqûre est très douloureuse et peut provoquer une forte réaction allergique.

Une morsure (avec leurs pièces buccales) ou une piqûre de bourdon peut constituer une menace pour la vie humaine lorsqu'elle est appliquée sur le cou. Par conséquent, si on trouve un coléoptère semblable à un bourdon, il est préférable d'éviter de l'approcher.

 

 

 

Vie des xylocopes :

 

Après l'hibernation, les adultes se réveillent dans la seconde moitié du printemps. Ensuite, ils s'accouplent et partent à la recherche d'un endroit approprié pour organiser le nid.

 

Les Abeilles charpentières, construisent leurs propres sites de nidification dans du bois mort, des tiges sèches de fort diamètre comme celle des bambous, qu’elles grignotent avec leurs fortes mandibules. Elles peuvent également creuser une galerie dans des poteaux de bois ou des charpentes rendus préalablement friables par des pourritures provoquées par des champignons.

 

Ces abeilles sont lignicoles mais pas xylophages : elles rejettent les copeaux à l'extérieur du nid, le petit tas formé étant souvent plus visible que le trou d'entrée en lui-même.

 

Des cellules individuelles de couvain sont alignées dans les galeries les unes derrière les autres, séparées par des cloisons en bois mâché recouvertes d'une sécrétion imperméable. Un mélange de pollen, de sécrétions glandulaires et de nectar (pain d'abeille) qui sert de nourriture de base aux larves des abeilles constitue la provision pour la couvée et est entreposé le long de la paroi cellulaire. L’œuf est déposé sur ce pain d'abeille, la femelle se coinçant entre les provisions et la paroi cellulaire lors de la ponte.

 

L'œuf est relativement gros par rapport à la taille de la femelle et en ce sens, représente un record chez les insectes. Lorsque le site de nidification est terminé, seules les galeries secondaires sont fermées, mais pas l'entrée principale. À la fin de ce processus, la future mère scelle l'entrée secondaire à partir de laquelle les larves écloses seront obligées de se développer seules.

 

Après un mois et demi à deux mois, la nymphose a lieu sans formation de cocon. Puis, à leur sortie,  les jeunes descendants, survivants après l'hivernage, se transforment en adultes.

 

Sous les latitudes tempérées, il n'y a qu'une seule génération. Les Abeilles charpentières volent pendant la majeure partie de la saison estivale et passent l'hiver, seules ou en petits groupes, dans des fissures, des terriers ou leurs nids pour s'accoupler au printemps.

 

Les femelles ne détruisent jamais les cloisons pour accéder aux stades immatures. Un tunnel est tout d'abord creusé perpendiculairement au bois sur environ 5 cm de profondeur, puis tourne dans le sens de la fibre à angle droit sur une longueur de 10 à 15 cm. Si plusieurs abeilles utilisent un nid, il peut atteindre 3 m de long.

 

Si la zone de nidification n'est pas détectée pendant plusieurs années, les Abeilles charpentières peuvent causer des dommages substantiels au bois de certains bâtiments.

 

Loge vue en coupe                             Entrée du nid

 

Comment s'en débarrasser

La preuve qu'un bourdon noir aux ailes bleues grignote le bois est un son émis assez fort. Après l'avoir découvert, de nombreux personnes cherchent à se débarrasser du bourdon violet dès que possible.

 

Cependant, il faut savoir que les insectes s'installent généralement dans le bois tendre.

Si les éléments de la structure en bois sont traités et peints le bourdon ne s'y attaquera pas. S'il était possible de détecter des trous dans une surface en bois, Il faut boucher le trou avec de la colle ou du mastic ou un objet métallique. Pour éviter les problèmes il convient toutefois d'utiliser un équipement de protection individuelle.

 

 

 

Sources: Wikipedia, internet

Rédacteur : Jean-Pierre Bouchet   7-2021



17/07/2021
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres