Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Les premiers noms des rues de La Tranche

Les premiers noms des rues de La Tranche

 

Suite au développement du tourisme, aux voeux des Tranchais et pour faciliter le travail des facteurs, le Conseil Municipal a décidé de donner des noms aux rues de La Tranche:

 

-Compte-rendu du Conseil Municipal du 14 avril 1935 instituant un nom pour 19 des rues de La Tranche.

 

 

Le Conseil Municipal en 1931

Louis Senet (en barbiche blanche), retraité des Postes, a été maire de 1929 à 1945

 

Il fut réélu aux élections municipales du 5 mai 1935 avec sa liste complète sous l’appellation Comité républicain et laïque dès le premier tour. Fort de sa légitimité, ce conseil fut à l’origine de la « guerre » entre catholiques et laïcs qui laissa longtemps des traces dans la vie de la commune.

 

Le conseil Municipal après les élections de 1935

 

Parmi les 19 noms de rues il est fait une large place :

-Aux personnalités républicaines : Aristide Briand, Sadi Carnot, Jean Jaurès, Paul Doumer, Jules Ferry

-Aux écrivains : Victor Hugo, Etienne Dolet, Ernest Renan, Anatole France, Émile Zola

-Aux scientifiques : Pasteur, Curie, Calmette

-Aux  noms de lieux : Avenue de la Plage, Place du Centre

-A la République : Place de la Liberté, rue de la Bastille

 

Il est à remarquer qu’il n’y a pas de noms de militaires malgré le souvenir proche de la « Grande Guerre ».

 

 Les autres noms de rues ont été donnés après la seconde guerre mondiale avec le plan de « Reconstruction » applicable aux villes sinistrées dont La Tranche a bénéficié.

En 1958, la rue de la Piloche a pris le nom de rue de la Paix. Il subsiste une petite rue qui a gardé de nom de la Piloche qui désignait autrefois tout le quartier.

Auparavant les noms des chemins étaient désignés par leur fonction :

-chemin du bourg à Longeville

-chemin des Génerelles au bourg

-chemin de la conche du vin au bourg

-chemin du fonds à Martin

 

 

 

Les routes étaient classées en :

 

-Chemins vicinaux (qui relient des villages entre eux)

-Chemins ruraux (en zone non urbanisée, appartenant à la commune et affecté à l’usage du public dont l’entretien lui incombe)

-Chemins ruraux reconnus (dans la voirie communale)

-Chemins communaux (qui appartiennent au domaine public de la commune)

-Chemins départementaux (dont l’entretien incombe au département)

-Routes Nationales ou à grande circulation

 

Les chemins ruraux étaient désignées par un numéro exemple ;

 

-Chemin rural reconnu N° 25 (du bourg au phare)

-Chemin rural reconnu N° 26 (de La Terrière à la mer)

-Chemin rural reconnu N° 27 (du phare à la Terrière)

 

 

Au recensement de 1906, les rues étaient désignées comme suit :

 

LE BOURG :

Nom actuel 

-Rue du Port

Avenue de la plage

-Route de Longeville

Rue Aristide Briand - Rue des Sables

-Route d’Angles

Rue Victor Hugo-RN 747

-Le calvaire

Rue du Pertuis Breton

-Rue de la plage

Rue Calmette-Avenue Maurice Samson

-Rue de l’école

Rue Anatole France

-Rue de l’église

Rue Jules Ferry

-Rue des vaches

Rue Ernest Renan (1ère partie)

-Vieille rue

Rue Ernest Renan (2ème partie)

-Rue du centre

Rue Bienvenu Gauvreau

-Rue du moulin

Rue Etienne Dolet

-La Piloche

Rue de la Paix           

-La Maison Neuve

Rue des Maisons neuves + Impasse

-Les Petits prés

Rue des Petits prés

 

                                                                 

LA TERRIÈRE :

 

-Route de Longeville

Rue des Sports-Rue du commerce

 

-Le Culet (hameau)

 

-Les Siaumoines (hameau)

 

LA FAUTE (hameau)

 

LA GRIÈRE :(hameau) et quartiers :

-Marie-Louise

-Belle vue

-Les Rouillères

-La Pure de la Rivière

-Sainte Anne

 

AUTRES :

La Charrière des Bandes

Le Phare

 

Plan du bourg en 1945

 

 

Les Personnalités des premiers noms de rues

 

 

Jules Ferry (1832-1893):

 

 

Homme politique, auteur des lois de la IIIe République sur l’instruction laïque et obligatoire

 

 

Aristide Briand (1862-1932):

 

 

Homme politique, socialiste, proche de Jean Jaurès, 11 fois président du Conseil (équivalent actuel du 1er ministre).  A occupé de nombreux postes de ministres. Prix Nobel de la Paix en 1926.

 

 

Jean Jaurés (1859-1914) :

 

 

Homme politique socialiste humaniste, partisan du pacifisme. Il fut assassiné le 31 juillet 1914 par Raoul Vilain la veille de la déclaration de guerre avec l’Allemagne.

 

 

Victor Hugo (1802-1885) :

 

Écrivain, poète et intellectuel engagé. Auteur de nombreuses pièces de théâtre et d’un pamphlet contre Napoléon III, il fut contraint à l’exil à Bruxelles, Jersey puis Guernesey. Ses romans les plus connus sont « Les Misérables » et « Notre-Dame de Paris »

 

Émile Zola (1840-1902) :

 

 

Écrivain romancier populaire auteur du cycle des « Rougon-Macquart » et journaliste politique célèbre pour son article « J’accuse » dans le journal l’Aurore  dans l’affaire Dreyfus.

 

Ernest Renan (1823-1892) :

 

Écrivain, philologue, philosophe et historien, adepte des théories de Darwin et ardent défenseur de la « Nation » dont il en donne une conception.

Cette rue était appelée autrefois « le chemin des vaches »

 

Etienne Dolet (1509-1546):

 

Ecrivain, poète, humaniste, philologue et imprimeur, symbole de la libre pensée.

 

Sadi Carnot (1837-1894):

 

 

Homme politique, ancien président de la République de 1887 à 1894. Il fut assassiné par l’anarchiste italien Sante Geronimo Caserio.

 

 

(à ne pas confondre avec Sadi Carnot le physicien (1796-1832) polytechnicien, théoricien de la chaleur et des machines à vapeur)

 

Pierre Curie (1859-1906) :

 

Physicien  connu pour ses travaux sur la radioactivité. Prix Nobel de physique en 1903 avec Marie Curie son épouse et Henri Becquerel pour l’étude des radiations nucléaires.

Louis Pasteur (1822-1895) :

 

 

Scientifique chimiste et physicien, pionnier de la microbiologie. Il a mis au point le vaccin contre la rage.

 

Anatole France (1844-1924):

 

 

 

De son nom civil François Anatole Thibault, écrivain, critique littéraire, fut une conscience en faveur des causes sociales et politiques. Il reçut le prix Nobel de littérature en 1921.

 

Francisco Ferrer Guardia (1859-1909):

 

Né à Barcelone, est un libre-penseur, franc-maçon et pédagogue libertaire espagnol.

En 1901, il fonde l’école moderne qui promeut la mixité, l’égalité sociale la transmission d’un enseignement rationnel, l’autonomie et l’entraide.

En 1909, suite à la semaine tragique(*), il est accusé par le clergé catholique d’en être l’un des instigateurs. Condamné à mort  par un tribunal militaire, il est fusillé le 13 octobre 1909.

Son exécution provoque un important mouvement international de protestation.

(*)Après la mobilisation des réservistes et contre l’envoi de troupes au Maroc, une grève générale suivie d’émeutes provoqua la mort de nombreuses personnes à Barcelone. L’Église est jugée responsable. Elle est visée par les émeutiers qui incendient les églises, couvents et collèges religieux.

 

 

 

Bienvenu Gauvreau  (1789-18xx):

Ancien maire de La Tranche de 1826 à 1830 et de 1831à 1836. Joseph Bienvenu GAUVREAU, débitant de tabac à L’Aiguillon-sur-Vie, puis maire de La Tranche-sur-Mer, né à Aubigny le 9 avril 1789. Il épousa d’abord à La Tranche-sur-Mer le 15 novembre 1814, Marie Rose POTIER, née à Venansault vers 1784, décédée à La Tranche-sur-Mer  le 24 février 1833, fille de Pierre POTIER et de Marie Anne BROCHARD ; puis en secondes noces à La Tranche-sur-Mer le 18 juin 1834, Marie Madeleine ROY, née à Esnandes (Charente Maritime) le 4 thermidor an XI, aubergiste, fille de Jean ROY et de Marie Adélaïde HUET ; elle était veuve de Jean Jacques GABORIT, décédé à La Tranche-sur-Mer le 25 janvier 1833. Un fils du second mariage Célestin Félicien Gauvreau né le 24 mai 1835 à La Tranche a été éleveur de chevaux à Angles ainsi que ses descendants..

 

Albert Calmette(1863-1933):

 

 

Médecin français  ayant  découvert avec Camille Guérin, vétérinaire, le vaccin contre la tuberculose  (BCG).

 

Cette rue n’existe plus et a été remplacée par l’avenue Maurice Samson. Elle menait de l’auberge « La Belle Image » à la mer.

 

Paul Doumer (1857-1932):

 

 

Ancien Président de la République de 1931 jusqu’à  sa mort en 1932, assassiné par le russe Paul Gorgulov.

 

Cette rue n’existe plus. Elle porte le nom actuel de Rue du Vieux Moulin.

 

 

Avenue de la Plage :

Le Conseil Municipal du 14 avril 1938 décide de donner le nom de Georges Clemenceau à cette rue. Cette décision ne sera jamais appliquée à cause de la guerre.

Le prolongement de cette rue jusqu’à la Place du Centre a supprimé la rue Jules Ferry dont le nom a été donné à la rue passant devant l’ancienne école actuellement le presbytère (de la place de l’église à la rue Anatole France).

 

 

 

 



21/01/2018
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 37 autres membres