Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Articles du journal "L'Empire" en avril 1807

 

Pour faire suite à la bataile de la Seine de 1798, les incursions anglaises sur notre sol semblaient ne pas être rares :

 

Deux articles parus en avril 1807 dans le journal « L’Empire »

 

  • « Le 9 de ce mois, à trois heures de l'après-midi, sept péniches portant environ 200 hommes, détachées de la flotte anglaise qui mouille dans le Pertuis Breton, sont venues pour descendre à la vigie, située près le bourg de la Tranche, côte de la Vendée, en face de l'île de Ré. Les Anglais étaient sur le point de souiller le sol français, lorsque M. le général de division Travot, commandant le camp volant de Napoléon [La Roche / Yon], et M. Béchaud, major du 66e régiment, commandant le 1er arrondissement dudit camp, faisant leur tournée sur la côte, arrivèrent au même point ; un peloton de 30 hommes du 66e et quelques canonniers gardes-côtes y accoururent aussi de la Tranche. L'ennemi manœuvra à portée de pistolet de la côte, tira à cette distancé plus de 50 coups de mitraille sur la troupe ; mais il fut tellement comprimé par la ferme contenance de ces militaires encouragés par la présence de leurs chefs, qu'il n'osa effectuer son débarquement. M. le général Travot resta à cheval, au milieu de la mitraille, pendant trois quarts d'heure, défiant vocalement avec sa bravoure ordinaire les Anglais de mettre pied à terre ; ils crurent prudent de répondre à ce défi, en couvrant de mitraille le sable sur lequel était placé le général. II est à présumer que les Anglais renouvelleront souvent leurs attaques pour essayer de brûler les vigies, détruire quelques batteries ou enlever des bestiaux ; mais les dispositions sont prises pour les recevoir de manière à ce qu’ils s’en repentent toujours ».

 

  • « On vient de publier l'extrait suivant de l'ordre général de la 12e division militaire en date du 11 avril : « Le général commandant la division et le camp volant, a été extrêmement satisfait de la conduite qu'a tenue le détachement du 66e régiment d'infanterie et de la 61e compagnie de gardes-côtes du cantonnement de la Tranche, lorsque sept péniches anglaises, ayant environ 200 hommes à bord, se sont présentées le 9 de ce mois, à trois heures après midi, devant la vigie du Rocher, pour y opérer un débarquement. Ce faible détachement, exposé pendant trois quarts d'heure à la fusillade et à la mitraille, en a tellement imposé par sa bonne contenance et sa fermeté, que l'ennemi s'est retiré, sans avoir effectué son projet. Les habitants de la commune de la Tranche ont aussi, à cette occasion, donné des preuves du plus grand dévouement ».

Et aussi :

 

1806. Descente des anglais à la Pointe d’Arçais.

 

Je vous préviens, par une ordonnance, que l'ennemi vient de se présenter de nouveau à la pointe de Larçay et celle de l'Aiguillon où ils ont effectué un débarquement d'environ 300 hommes.

Comme vous verrez par le rapport ci-joint ont pris le fort de la Pointe et brûlé la vigie.

Toutes nos troupes garde nationales y sont portées et gendarmerie de Luçon et Moreilles vont arriver en l'instant à ce que m'a rapporté mon ordonnance ;

Ref : Le maire de la commune de Saint-Michel, à Monsieur le sous-préfet de l'arrondissement de Fontenay

 

1806. 28 Avril

Les Anglais tentèrent encore vainement de descendre sur les côtes de la Tranche et l'Aiguillon. Ils tentèrent aussi, mais sans plus de succès, de bruler la vigne de la Faute,sauvés par les préposés.Ils se contentèrent de piller la maison d'un nommé Chauveau et d'emporter de chez lui tout ce qu'ils purent trouver de comestibles.

Ref:Louis Brochet. La Vendée à travers les âges.

 

 



21/04/2019
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 53 autres membres