Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

L'oie bernache

L’OIE BERNACHE

 

Elles sont revenues avec l'approche de l'hiver sur nos côtes.

 

 

Bernache cravant

 

 

On en rencontre sur nos plages à La Tranche et en plus grand nombre encore sur la plage de St Vincent sur Jard à la sortie du ruisseau « le Goulet » .

Elles sont souvent parmi les autres oiseaux migrateurs que sont les bécasseaux sanderling, variables et autres gravelots.

 

La plus forte concentration de bernaches a lieu dans le bassin d’Arcachon ( 50 000 oiseaux).

 

La Bernache cravant (Branta bernicla) est une espèce d'oiseau migrateur appartenant à la famille des Anatidés.

 

Facilement identifiable elle ressemble à une petite oie à dominante sombre. En effet, la tête, le cou, la poitrine, la queue, le bec et les pattes sont noirs tandis que le dessus du corps est gris brun avec des bordures claires. Le dessous du corps et les ailes sont gris brunâtre. Les sus et les sous-caudales sont blanches. Les iris sont brun foncé.

L'adulte se distingue du jeune par la tache blanche qu'il arbore de chaque côté du cou, formant une cravate d'où est tiré le nom spécifique français.

Cet oiseau mesure entre 51 et 66 cm de longueur pour une envergure de 105 à 117 cm et une masse de 1,2 à 1,7 kg.

 

oie_bernache

 

 

La zone de nidification s'étend dans la toundra de tout l'hémisphère nord et particulièrement en Sibérie.

La reproduction a lieu au mois de juin. La bernache cravant niche en petites colonies, souvent sur des îles. Le départ en migration a lieu dès la fin du mois de septembre. En hiver elle s'associe souvent au canard siffleur.

 

Selon les populations, la Bernache cravant à ventre sombre (B.bernicla bernicla) hiverne en Europe de novembre à mars tout le long de la côte atlantique française et également en colonies très importantes dans la baie de Bourgneuf, tout autour de l'Île de Ré en Charente-Maritime et sur le Bassin d'Arcachon..

 

Elle apprécie particulièrement les zones humides et salées. Elle fréquente principalement des vasières dans des abris naturels, le plus souvent en bandes qui peuvent atteindre plusieurs centaines d'individus, fouillant l'estran à marée basse pour se gaver d'ulves (algue verte communément appelée "laitue de mer") et de zostères marines  (herbes marines équivalentes à la posidonie méditerranéenne) et elles se regroupent sur l'eau à marée haute en reposoir de haute mer .

 

C'est une espèce avant tout marine que l'on rencontre rarement en eaux douces. Sur les lieux d'hivernage, la bernache cravant est un herbivore strict mais avec l’augmentation des effectifs des bernaches dans les années 1970, on a observé des modifications de leur comportement alimentaire.

 

Ainsi au cours de l’hiver et selon les secteurs occupés, les bernaches vont consommer préférentiellement les algues. Depuis quelques dizaines d’années, les bernaches ont élargi la gamme de leurs ressources alimentaires en stationnant de façon plus prononcée sur des prairies pâturées ou encore des céréales d’hiver provoquant des dégâts agricoles importants au point de devenir un véritable fléau comme à l’ile de Ré.

 

La Bernache cravant bénéficie d'une protection totale sur le territoire français depuis l'arrêté ministériel du 17 avril 1981 relatif aux oiseaux protégés sur l'ensemble du territoire. Il est donc interdit de la détruire, la mutiler, la capturer ou l'enlever, de la perturber intentionnellement ou de la naturaliser, ainsi que de détruire ou enlever les œufs et les nids, et de détruire, altérer ou dégrader son milieu. Qu'elle soit vivante ou morte, il est aussi interdit de la transporter, colporter, de l'utiliser, de la détenir, de la vendre ou de l'acheter.

 

L'arrêté du 17 avril 81 a été remplacé par celui d'octobre 2009 pour être en conformité avec le règlement européen. Les interdictions ne concernent que les oiseaux sauvages vivants dans le milieu naturel. (Les sujets nés et élevés en captivité, identifiés peuvent être cédés librement dans tout l'espace de l'Union Européenne et même exportés).

 

Des campagnes annuelles d‘effarouchement ont été mises en œuvre par la Ligue de Protection des Oiseaux dans les années soixante-dix et ont permis de concilier l‘activité agricole et la préservation de l‘espèce.

Suite à l‘arrêt des campagnes d‘effarouchement par la LPO, c‘est désormais la chambre départementale d‘agriculture de la Vendée qui a déposé un dossier de dérogation pour les demandeurs afin de perturber les bernaches cravants. Cette démarche est validée par le Conseil National de la Protection de la Nature. L‘effarouchement est réalisé au moyen de canons et pistolets effaroucheurs, inoffensifs pour les oiseaux.

 

Oies bernaches en vol

Vol d'oies bernaches

 

JPB-2-2020

Sources internet



22/11/2020
14 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres