Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Urbanisme tranchais

L’Urbanisme à La Tranche sur mer

 

 

L’habitat ancien était composé de petites maisons basses de plain-pied construites en pierres de mer crépies à la chaux. Elles comprenaient bien souvent une seule pièce faisant à la fois cuisine, salle à manger et chambre à coucher. Y étaient toujours accolées des dépendances en pierres brutes :

cellier, cave, laiterie, porcherie, écurie, poulailler et quelques « calogeats » (petits cabanons en brandes ou roseaux) où séchaient les cultures.

Elles étaient éparpillées sans ordre précis, sans clôture, avec d’étroits passages et de nombreuses cours et de puits souvent communs.

Le village de La Terrière est la trace la plus vivace de ce type d’habitat.

 

Partout on peut remarquer l’avant-toit en génoise sur la plupart des maisons, style importé de la région méditerranéenne.

 

Gênoise
Grande rue 1900

 

 

Vers la deuxième moitié du  XIXème siècle avec le début du tourisme sont apparus  en front de mer les premiers chalets puis au début du XXème siècle les villas.

 

Tavernier la Tranche vue d\\\'avion-vers 1935

 

L’avènement des congés payés de 1936 puis le développement du tourisme de l’après-guerre ont fait exploser le nombre des campings et des résidences secondaires.

 

Le cahier des charges du lotissement du Parc de La Grière, décidé en 1926, demande seulement des constructions en « dur » sans imposition de style ce qui explique les variétés architecturales nées de l’imagination de leurs propriétaires souvent, à l’époque, inspirée du style colonial. Le Parc Clemenceau a agrandi ce lotissement en 1957 de 314 parcelles supplémentaires.

 

Les règlements d’urbanisme devenus plus contraignants (tuiles de couverture, crépis muraux, construction de moins de 2 étages,…) tendent à uniformiser aujourd’hui les constructions dans un style régional en les harmonisant davantage.

 

Le prix élevé des terrains a fait le regrouper les constructions en lotissements ou en résidences et d’anciens hôtels ont été aménagés en résidence hôtelière (hôtel de l’Océan) ou en résidence privée (Hôtel du Carvor).

 

 

Hôtel Carvor
Résidence de l\\\'Océan

 

 

Le logement des estivants se fait dans les hôtels, par location dans les maisons individuelles ou les résidences, ainsi que dans les nombreux campings privés (24, soit près de 5000 places) ou camps de vacances d’entreprises (voir article sur les colonies de vacances)

Les colonies de vacances de La Tranche

 

Avec l’élévation du niveau de vie, le confort s’est notablement amélioré au cours du temps : eau courante, électricité, tout-à-l’égout, salles de bains, WC  dans les maisons, chauffage central, isolation thermique, tout électrique, climatisation, grandes baies vitrées, velux, terrasses, piscines, etc.

 

La préférence des résidents non permanents va actuellement vers les résidences secondaires.

 

De plus en plus souvent, en fonction de l’âge des propriétaires, celles-ci deviennent des résidences principales lorsque sonne l’âge de la retraite. On observe alors l’agrandissement de la construction pour devenir plus confortable et accueillir plus facilement pendant les vacances la famille qui s’agrandit.

Ceci contribue largement à l’augmentation continue de la population (2905 en 2017).

 

 

Jean Pierre Bouchet - 5-2020

 

 

 

 

 

 



16/05/2020
3 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres