Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Le travail au parc des floralies (3)

Le parc des Floralies n'aurait jamais été aussi beau sans le travail des jardiniers et des employées.

 

Voici les jardiniers en chef :

                                                                 

   Marc Michaud  de 1965 à 1975.    

 

  

   Michel Chevalier 

 

 

 

Entre  1975 et 1996, la charge de jardinier en chef est assumée par Michel Chevalier : ce dernier  assure de multiples tâches:

 

  • L'achat des bulbes: 80% à 85% viennent de Hollande et le reste de la coopérative des oignons à fleurs de La Tranche.
  • La création artistique, la composition des parterres (forme, espèces et couleurs) se fait chaque année avec rotation entre les tulipes, les jacinthes et les narcisses.
  • La gestion du personnel et l'organisation des tâches: durant les périodes d'intense travail, en automne (novembre et décembre) pour la plantation et au printemps (de mars à mai), 6 femmes journalières étaient embauchées, pour l'entretien du parc, le nettoyage des parterres, le tuteurage des jacinthes…

 

Le chef jardinier quadrillait la plate-bande à l'aide d'un grand râteau d' 1 mètre de large (ratelle), dont les écartements entre les dents variaient de 15. 10 et 3 cm, en fonction des bulbes à planter ( jacinthes, tulipes, muscaris). Ainsi les planteuses savaient où placer le bulbe. Parfois, quand la composition du parterre était difficile, le jardinier plaçait lui-même les bulbes sur le dessin au sol. Pour donner une idée du nombre impressionnant de bulbes nécessaires pour faire un parterre, on sait qu'il fallait 49 bulbes de tulipes au m².

 

 

Les plantations sont effectuées au mois de novembre et décembre

 

       Les planteuses "piquent’’ les bulbes qui formeront un parterre de jacinthes.

 

Le relief du site déterminait le type de parterre, tantôt des bandes de jacinthes, blanches, bleues, tantôt des cascades de fleurs mélangées, offrant un aspect plus sauvage, tantôt des parterres au dessin très recherché.

 

 

 

L’équipe des jardinières occupée à supprimer les fleurs des tulipes arrivées en fin de maturité

 

 

Que se passe t'il ensuite après la floraison lorsque le parc est fermé aux visiteurs ?

Jusqu'à fin juillet, on procède à l'arrachage, le décorticage, le classement et le calibrage des bulbes.

 

Il y a ensuite l'entretien courant, l'arrosage de certains massifs et plantes de serres.

Ce n'est vraiment qu'au mois de septembre que recommence la préparation du printemps.

 

Septembre et octobre sont consacrés au désherbage, nettoyage et préparation des labours.

Novembre voit le début des plantations qui se poursuivront jusqu'à fin décembre.

 

Tous les jours si le temps le permet, une douzaine de personnes en général des femmes, se mettent à genoux le petit baquet rempli d'oignons à fleurs à leur gauche, le plantoir dans la main droite pour effectuer leur travail dans la bonne humeur et les plaisanteries.

 

En hiver, janvier, février le travail du jardinier consistait aussi à entretenir le sous-bois, à nettoyer, à réparer les barrières en perche de bouleau et les clôtures extérieures.

 

Le parc n'a jamais contribué à la fourniture des fleurs pour la fête des fleurs contrairement à une idée reçue.

 

 

 

Le chef jardinier devient aussi un éducateur auprès de jeunes stagiaires.

 

Entre 1988 et 1992, des jeunes en insertion  en provenance d'une école de La Flèche, sous la tutelle du jardinier en chef, ont fait plusieurs stages  de 15 jours au parc des Floralies : un partenariat fructueux entre l'association des Floralies, un architecte vendéen et des entrepreneurs vendéens. 

 

Pris en charge par l'association pour ces stages d'horticulture, ces jeunes ont pu ensuite s'intégrer dans le monde du travail.

 

 

 

 

A partir de1996, le parc sera géré par la commune  de La Tranche et le service des Espaces verts.

 

En 2005, après une baisse continuelle des visites,  la mairie, pour des raisons budgétaires, à décidé de fermer le parc des floralies devenu une dépense insupportable.

 

 

Une partie du site du parc des floralies, est aujourd'hui devenue cinéma et  Pôle culturel en remplacement des anciens bâtiments.

 

 

 

En état d’abandon depuis juin 2005, le parc a été défriché et nettoyé par des bénévoles et le service technique.

 

Depuis juin 2013, il est réouvert au public pour la promenade et des animations l'été. Un parc à animaux et diverses expositions photographiques viennent agrémenter la visite. Des promenades en poney font la joie des enfants.

 

Des jeux pour enfants ont été installés dans divers endroits du parc.

 

L’opération « Une naissance, un arbre » par la municipalité a permis de reboiser en partie le Parc.

 

L’association « Autrefois La Tranche » a construit au fond du parc un « Calogeat ». C’est un mini musée où sont exposés les divers outils et ustensiles utilisés par nos anciens dans leur vie quotidienne.

 

(texte Claude Rousseau  et Laurence Ferré, rédacteur : Jean-Pierre Bouchet)

 

Vous retrouverez d'autres photos du parc dans l'album photos onglet : Floralies (sur le côté gauche)

 

Voir aussi les articles : Les Floralies tranchaises 1 et le Parc des Floralies 2 dans ce même blog

 



26/07/2019
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 58 autres membres