Autrefois la Tranche

Autrefois la Tranche

Message de Mémé Bernadette sur le Conardovirus

Coronavirus :  Voici un message de Mémé Bernadette à sa petite fille :

 

 

Tchete naïte ma mėmé Bernadette m'a aplaï dou paradis à 5 hures dou matanye avec son viu portable à manivelle. A l'été tote effréyaïe.  A m'a dite : " Ma p'tite feuille, si te vu pas me rejoindre tot d' suite ou paradis, faut qu' te fasse bé attention. I voit bé qu'o va mal chez vous. Va vez été envahi par ine sale p'tite bestiole qui vé t' Chine å ce quo paré. Ché Chinois, quand maïme, le sont vraiment envahissants: le nous vendant dous hardes qui valant pas cher, asture o lé un virus qui v' coûte ine fortune. Et pi, le payant tel'ment pas cher lu zouvriers que chez nous, le s'en allant torto là-bas. Entre nous, o té la grippe espagnole,  o té pas mu, entre vous, o lé comment déjà ?  Le caronavirus, le caconovirus ....ah! Y' arivré pas à ou dire....Prends dou précautions, ma p'tite.O faut obéir à vot président, i sais qu'lavant dou mal à obéir les Français, mais i crois quand maïme que l'fait tot c'que l'pu por pas que veyez trop maou, pov p tit gars. L' a bé dou mérite. L' s'attendait sûrement à  tchte catastrophe. Le dét ète bé mouaï, pi son acolyte oussi.
- te restes chez-to pi te fabriques dou masques, l' en avant besoïgne à  l' hôpital,  pi t'sais coudre!
- te frottes bé té manyes avec dou savon d' Marseille. Pas utile de prendre tchete solution por les alcooliques.       

- te t'mouches dans ton code, te mets pas tes manyes dans ta goule.
- si dou monde t'approche, te retchules d'ou moins un mètre, le pouvant t' cracher sur la goule

 

I voit tot tchu d' là- aou. o lé bė triste. Bėtaou, o l'ora pu d'piace ou paradis. Les contrevenants entre u,

l ' irant to dret en enfer. O le bé fé por u. L' aviant qu'à obéir.
To les marchai sont formaï.Te vois ma p'tite feuille, fallé pianter dou  patates, pis dous jottes, d'la poraille, dous feftranches, pi les mètre en bocal, te pouré t'nir un siège.


O métévi qu'o l'ė pas par hasard c'qui s'passe chez vous. Ve li avez fait dou maou à la planète,  les virus le proliférantent parce que l'avant trop chaou. Asture, a s' venge.


Bon, i te dis pas a betaou o s'ré mové signe. Prends bé soin d'to ma p'tite feuille, pis dis â to ceux qu'taimes de faire pareil et pi ou zaoutes oussi.


Allez, i t'aime, i vu pas qu'o t'arrive dou maou
 
       Ta mémé Bernadette

 

***********************************************************

 

Traduction

 

Cette nuit, ma grand-mère Bernadette m'a appelé du Paradis à 5 heures du matin avec son vieux portable à manivelle.

Elle était toute effrayée. Elle m'a dit : "Ma petite fille, si tu ne veux pas me rejoindre tout de suite au Paradis, il faut que tu fasses bien attention. Je vois bien que ça va mal chez vous. Vous avez été envahis par une sale petite bestiole qui vient de Chine à ce qu'ii parait. Ces Chinois, quand même, ils sont vraiment envahissants; ils nous vendent des habits qui valent pas chers, maintenant c'est un virus qui vous coûte une fortune. Et puis, ils paient leurs ouvriers tellement pas cher que chez nous, ils s'en vont tous là-bas.

Entre nous, c'était la grippe espagnole, c'était pas mieux; entre vous c'est comment déjà ? Le caronavirus, le caconovirus.....Ah! Je n'arriverai pas à le dire.

Prend des précautions ma petite. Il faut obéir à votre président, je sais qu'ils ont du mal à obéir les Français, mais je crois quand même qu'il fait tout ce qu'il peut pour que vous n'ayez pas trop de mal, pauvre petit gars ! Il a bien du mérite. Il s'attendait sûrement pas à cette catastrophe. Il doit être bien fatigué et son acolyte aussi.

-tu restes chez toi et tu fabriques des masques, ils en ont bien besoin à l'hôpital et puis tu sais coudre!

-tu frottes bien tes mains avec du savon de Marseille. Inutile de prendre cette solution pour les alcooliques

-tu te mouches dans ton coude, tu ne mets pas tes mains dans ta bouche

-si quelqu'un t'approche, tu recules d'au moins un mètre, il peut te cracher sur ta figure

 

Je vois tout ça de là-haut. C'est bien triste. Bientôt, il n'y aura plus de place au Paradis. Les contrevenants entre eux iront tout droit en enfer. C'est bien fait pour eux. Ils n'avaient qu'à obéir!

Tous les marchés sont fermés. Tu vois ma petite fille, il fallait planter des patates, puis des blettes, du poireau, des ..................., puis les mettre en bocal, tu pourrais tenir un siège.

Il m'est avis que ce n'est pas par hasard ce qui se passe chez vous. Vous lui avez fait du mal à la planète, les virus prolifèrent parce qu'ils ont trop chaud. Maintenant, elle se venge.

Bien! Je ne te dis pas à bientôt ce serait mauvais signe. Prend soin de toi ma petite fille, puis dis à tous ceux que tu aimes de faire pareil et puis aux autres aussi.

Allez, je t'aime, je ne veux pas qu'il t'arrive du mal.

 

Ta Mémé Bernadette

 

Message retransmis par email sur la toile.

 



25/04/2020
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 119 autres membres